Les romans

> Indiana Jones
> Monkey Island
> Loom

> KGB

> Remerciements

 

 

The Secret of Monkey Island

« Le livre n’est pas en vente ».

Cette phrase, les grands fans de Monkey Island, premier du nom, s’en souviennent forcément. Elle apparaissait lors du générique final, peu avant le célébrissime « Maintenant éteignez votre ordinateur et allez vous coucher ».

Ce soir là, ce n’était pas la première fois que je finissais The Secret of Monkey Island. Je savais bien ce que le générique final me réservait. Et pourtant, ce soir là, cette phrase agit sur moi comme un électrochoc : ce livre, c’est moi qui le ferais ! C’est arrivé il y a déjà une décennie, j’avais alors 14 ans.
Oui, déjà 10 ans que je suis sur ce coup. Mais comment adapter un tel jeu sur un support papier ? Inspiré par les quelques lignes disponibles sur la publicité du jeu et qui représentaient un soit disant extrait des mémoires de Guybrush Threepwood (et que vous retrouverez évidemment dans mon livre, bien qu’un peu modifiées pour qu’elles s’intègrent mieux), je me lançai dans une aventure qui me prit quelques années de ma vie.

Bien sûr, la version que vous aurez le loisir de lire ici n’est pas celle, catastrophique en tous points, de l’adolescent inconscient que j’étais.

La version actuelle a été écrite en l’an 2000 durant une période très triste de ma vie. Ce livre m’a permis de rire un peu et j’espère qu’il en sera de même pour vous.

S’il y a bien un livre que j’aurais aimé voir chez nos libraires, c’est celui-ci. Peut-être pas parce qu’il est le meilleur, mais sûrement parce que des quatre romans adaptés, c’est le plus original et celui qui aurait eu les plus grandes chances de succès. Oui, je le sais, ce livre aurait marché. Malheureusement le destin en a décidé autrement.

Je sais que ce livre est le plus attendu de tous et qu’il y aura probablement des détails qui déplairont à certains fans. A commencer par les nouvelles origines du personnage présentées dès la première page du roman. En fait, il s’agissait plus d’un clin d’œil à moi-même qu’autre chose. Cela aurait probablement été modifié en cas de publication (quoi que…). Comme ce n’est pas le cas, autant me faire ce plaisir ! Mais je suis sûr que vous ne bouderez pas votre plaisir pour autant.

Pour finir, je me suis amusé à truffer le livre de références à l’univers Lucasfilm. Parfois c’est évident… parfois beaucoup moins. Amusez-vous à les retrouver toutes, il y en a plus d’une centaine !

Maintenant éclairez vos lumières et n’allez pas vous coucher. Un peu de lecture vous attend...

Faire un commentaire - Afficher les commentaires  
Extrait

Les membres de mon équipage dormaient paisiblement sur leur chaise pliante. Eux aussi avaient dû être victimes du gaz de mon ragoût. Je me précipitai sur eux pour les réveiller. Otis fut le premier à ouvrir les yeux et la bouche:
- Mince! On est au paradis!
- Vous avez vu? dis-je tout excité. Nous sommes arrivés sur l'île aux singes!
Ils se réveillèrent tour à tour. Y compris Goodnight. Tous restèrent ébahit à la vision de cette île qui, comme l'avait si bien souligné Otis, était paradisiaque.
- Dis-nous quand tu auras trouvé le gouverneur, dit Goodnight avant de se rendormir.
- On lui garde une chaise longue, ajouta Meethook.
Ah non! Ils n'allaient pas me refaire ce coup-là!
- On coule, dit sobrement Carla
- Quoi? criâmes-nous tous en choeur sauf Goodnight qui dormait depuis longtemps.
Elle nous montra un point sur le pont. On aurait dit une belle fontaine. Il ne manquait plus que ça! Quoiqu'en y réfléchissant bien, il ne pouvait rien arriver de mieux. S'ils voulaient sauver leur peau, ils seraient obligés d'abandonner leur chaise et leur crème solaire.
Otis jeta la chaloupe à la mer. Elle ne remonta jamais. Ca par contre c'était plutôt embarrassant. Je doutais que les requins qui attendaient patiemment leur dîner en bas, nous laissent rejoindre la plage de l'île aux singes. J'en avais bien affronté récemment, mais ils n'étaient que deux, et pas une dizaine. Ils n'étaient pas aussi gros peut-être mais eux ne sortaient pas de mon rêve. Pas de panique. Il fallait juste trouver une idée.
- Qu'est-ce qu'on va faire? paniqua Meethook en se mettant à danser une danse cosaque.
- On pourrait jeter Guybrush aux requins, proposa Otis. Après tout, c'est lui qui nous a amenés ici.
Ils se retournèrent tous vers moi. Alors, elle venait cette idée oui ou...
- Attendez! Je sais! m'écriais-je alors qu'ils commençaient à me balancer davant en arrière pour me jeter au loin.
- On t'écoute, fit calmement Carla.
- Vous promettez de m'aider à sauver Elaine de l'ignoble, l'atroce, l'abominable...
- Abrège, dit Goodnight qui venait de se réveiller.
- ... LeChuck ?
Ils se passèrent en revue et soufflèrent dégoûtés.
- Bon, c'est promis, dit Carla.
- Je veux que vous le promettiez sans rien croiser tour à tour.
Ils regardèrent le trou dans le pont, puis jurèrent tour à tour en levant la main au ciel. Comme ces imbéciles me tenaient tous dans leurs bras, en jurant ils me foutirent par-terre.
- Bon, très bien, dis-je en me relevant péniblement. Quelqu'un a des allumettes ?
- Moi, pourquoi? dit Meethook.
- Toi? fit Otis tout étonné.
- Oui, moi, répondit Meethook. Pourquoi? Ca te gène?
- Non... dit Otis. C'est juste que je me demandais comment tu faisais pour gratter les allumettes.
Je ne perdis pas plus de temps et partis vers la cale. Elle était déjà presque toute remplie d'eau de mer. Il fallait faire vite, car si l'eau mouillait la poudre à canon c'en était fini de nos espérances. J'en pris une bonne quantité ainsi qu'un gros morceau de corde pour les mèches. Je filai ensuite à la cuisine pour choisir cinq marmites correspondant à la taille de nos têtes. Oui, ami lecteur, vous avez saisi mon idée. Je remontai sur le pont et distribuai ces casques de fortune à mes, de nouveau, fidèles compagnons.
- On va tous se faire éjecter sur l'île par le canon ! m'exclamais-je hilare.
- C'est ça ton idée? dit Carla. Tu es maboule?
- Bon. On le balance aux requins... dit Otis.
Ils s'emparèrent de moi et se remirent à me dandiner d'avant en arrière.
- Mais réfléchissez! Je fais dans les soixante kilos à peine! Les requins m'auront mangé avant que vous n'ayez eu le temps de plonger à l'eau!
Ils cessèrent de me balancer.
- Il a raison. Ce serait sans espoir, dit Meethook.
Otis se tourna vers le grand Goodnight qui s'était rendormi.
- Balançons-le aussi? proposa Otis. On vote pour cette idée?
Je me débattis pour qu'ils me laissent tomber.
- Mais écoutez-moi! C'est la seule solution!
Et puis, comme le dit si bien le slogan: "J'ai testé pour vous!".
- D'accord, fit Carla. Je le fais.
- Les dames d'abord alors! proposa galamment le courageux Otis.
Un peu de poudre et de mèche, et Carla fut propulsée sur l'île. Elle gesticulait comme une aliénée et fut précipitée comme une masse en direction de la plage.
- Je m'inquiète pas pour son atterrissage, dit Otis. Pas avec les Airbags qu'elle a.
- Allez montez dans le canon! Vous voyez bien que ça marche! J'allumerai la mèche!

 

 
© 2004/2009 Gilles Ermia - Partenaire : www.monkeyisland.fr
Hébergé par